Les marchés de l’interprétation de conférence au Canada

Le Canada est un pays officiellement bilingue depuis l’adoption, en 1969, de la Loi sur les langues officielles. Il s’ensuit que le gros de l’interprétation au pays est effectué dans la combinaison anglais-français.

Le gouvernement du Canada est de loin le plus important donneur d’ouvrage par l’entremise du Service d’interprétation des conférences et du Service d’interprétation parlementaire (qui relèvent du Bureau de la traduction). Ces deux organismes emploient quelque 75 interprètes permanents et recrutent plus de 150 pigistes de façon régulière.

Le Service d’interprétation parlementaire fournit l’interprétation lors des débats de la Chambre des communes, du Sénat, des comités parlementaires, des réunions du Cabinet et d’autres rencontres relevant du secteur parlementaire. Le Service d’interprétation des conférences, pour sa part, comporte deux sections, la section des langues officielles (anglais-français) et la section des langues étrangères. Il assigne des équipes d’interprètes aux nombreuses réunions et conférences nationales et internationales organisées par les ministères fédéraux et autres organismes publics.

Au palier provincial, le Nouveau-Brunswick, seule province officiellement bilingue au Canada, a aussi un Service d’interprétation gouvernemental, à Fredericton. Il assure l’interprétation simultanée des travaux de l’Assemblée législative et de ses comités par l’entremise d’interprètes permanents et pigistes. D’autres provinces ou territoires, bien qu’ils ne soient pas officiellement bilingues, offrent également les services d’interprétation simultanée pendant les délibérations de leur Assemblée législative respective. C’est le cas notamment de l’Ontario, du Manitoba et des Territoires du Nord-Ouest. Les services d’interprétation sont offerts dans les deux langues officielles par les provinces et en langues autochtones par les territoires.

Enfin, des organismes de la famille des Nations Unies sont également présents au Canada et recrutent des interprètes à titre de permanents ou de free lance. Ainsi, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a son siège à Montréal, ville qui abrite également les bureaux du secrétariat du Fonds multilatéral pour la mise en oeuvre du Protocole de Montréal et du secrétariat de la Convention sur la diversité biologique. Même si ces deux derniers organismes ne comptent pas de permanents, ils recrutent des interprètes pigistes à l’occasion de leurs réunions et conférences.

Les marchés de l’interprétation étant surtout concentrés à Montréal, Ottawa et Toronto, c’est là où l’on trouve le plus grand nombre d’interprètes. C’est d’ailleurs dans ces trois villes que résident et travaillent la majorité des membres d’AIIC Canada. D’autres centres importants pour la tenue de réunions et de conférences sont Vancouver, Winnipeg et Halifax. Compte tenu de l’étendue du territoire national, les interprètes doivent souvent se déplacer sur de grandes distances pour offrir leurs services, par exemple dans des localités éloignées du Nord, comme Iqaluit au Nunavut et Yellowknife dans les Territoires du Nord-ouest, et de St. John’s, Terre-Neuve à Victoria en Colombie-Britannique.

Dans le secteur privé, plusieurs cabinets ayant pignon sur rue à Ottawa, Montréal, Toronto et Winnipeg fournissent des services d’interprétation à une gamme diversifiée de clients, comme des grandes entreprises, des syndicats, des ONG, des organismes officiels, des chaînes de télévision et des associations professionnelles. D’autres collègues agissent aussi comme interprètes-conseils à titre individuel, c’est-à-dire sans faire partie d’un cabinet.

Au Canada, l’interprétation de conférence connaît une croissance progressive depuis vingt ans dans le nombre de langues utilisées en situation de conférence et dans le nombre de nouveaux clients du secteur privé qui viennent régulièrement s’ajouter aux clients plus traditionnels du secteur public. De nouveaux interprètes arrivent aussi constamment sur le marché, dont bon nombre viennent grossir les rangs d’AIIC Canada.


Recommended citation format:
AIIC. "Les marchés de l’interprétation de conférence au Canada". aiic.ca July 28, 2014. Accessed October 23, 2017. <http://aiic.ca/p/6949>.